ART - Etude du tableau "Apollon et Daphné" de GIAMBATTISTA TIEPOLO


Image Internet
Giambattista Tiepolo est un peintre Vénitien né en 1696 et décédé en 1770. 
Il connu un grand succès de son vivant en réalisant de nombreuses oeuvres de plusieurs natures comme, des fresques, tableaux, gravures dont les sujets étaient chrétiens ou mythologiques et ceci dans plusieurs pays Européens afin d'orner les églises ou palais.

Le tableau d'Apollon et Daphné va être peint en 1744 et il s'inspire pour cela de la célèbre sculpture du Bernin réalisée entre 1622 et 1625, conservée Borghèse.

Dans la mythologie grecque, figure aujourd'hui plusieurs métamorphoses parfois voulues ou parfois imposées par les Dieux. De cette façon, un être donne son nom à un arbre, une fleur ou encore à un animal dans lequel il s'est métamorphosé (figure de style appelée antonomase). Deux jeunes gens aimés d'Appolon sont ainsi associés à des végétaux : Cyparissos, transformé en cyprès et Hyacinthe dont Tiepolo peint la mort dans un autre tableau et dont le sang donnera les jacinthes. 

Apollon est synomyme de beauté et pourtant on peut s'étonner qu'il connaisse des amours malheureuses et ce sera encore le cas avec la nymphe Daphné dont le nom propre deviendra un nom commun signifiant encore aujourd'hui en Grec, laurier.

L'histoire de Daphné selon Ovide (livre I des métamorphoses)

Le jeune Apollon vient de remporter sa première victoire en tuant de ses flèches le serpent Python afin de s'approprier le sanctuaire à Delphes. Fort de ce succès, il défend à Eros d'utiliser ces mêmes armes pour une tâche qu'il juge moins importante, c'est à dire inspirer l'amour. Eros va se venger en lançant sur la nymphe Daphné une flèche en plomb qui va la dégoûter de l'amour. Sur Appolon, il en lancera une en or qui le rendra amoureux. 

Apolon va donc essayer par tous les moyens de séduire Daphné qui repousse les avances du Dieu en prétextant vouloir rester vierge, désir qu'elle avait déjà manifesté avant sa rencontre avec Apollon.

Voyant ses échecs se répéter, Apollon va donc saisir Daphné par la force mais celle-ci se met à courir afin de lui échapper. Une longue poursuite va commencer. Quand la nymphe comprend que le Dieu va la rattraper, elle supplie son père, le fleuve Pénée, de détruire sa beauté, ce qu'il fait, en la métamorphosant .C'est ce moment décisif et dramatique qu'à choisi de représenter Tiepolo : celui où Apollon attrape Daphné et où celle-ci se métamorphose.

Le peintre réussira à rendre à la fois le mouvement et l'immobilité, la course et l'enracinement de Daphné. 

On y voit nettement la métamorphose. Quand on regarde la peinture, on voit Apollon prêt à attraper Daphné déshabillée, dont la poitrine est nue alors même que leurs deux corps se mêlent, La chasseur va attraper sa proie, ce que redoute Daphné. C'est à ce moment que la métamorphose commence, on peut supposer que son pied gauche prend racine alors que l'on voit sa main droite tendue vers le ciel d'où commencent à sortir quelques feuilles. Le grand pin parasol derrière elle et qui les domine est prêt à l'accueillir dans le monde végétal en formant une ombrelle au-dessus de sa tête. 


Analyse de la scène

Le fleuve âgé - Au premier plan, on peut voir un homme âgé aux cheveux blancs, ceinturé d'algues, une urne derrière lui. Il est muni d'une immense rame dans sa main droite. Tout indique qu'il s'agit d'un fleuve, divinité masculine dans l'antiquité grecque. Certains y voient le Dieu fleuve, l'Alphée, qui tenterait d'empêcher l'avance de la nymphe. Cependant Ovide, auteur Latin, n'en fait aucune mention. C'est donc sans doute le père de Daphné, le Dieu Pénée dont elle implore l'aide.

Eros l'angelot - Nous pouvons également voir sur la droite, un "putto", angelot ailé aux chairs rebondies et roses, à la chevelure bouclée. Il porte en travers de son torse, une besace ou un carquois, et derrière lui, la lumière éclaire les plumes blanches de son aile gauche, c'est Eros, ou Cupidon en latin, le fils d'Aphrodite.

Il est tête baissé sous les jupons de la femme, il s'arc-boute de toutes ses forces pour la soutenir : comme un tuteur, un léger sourire aux lèvres, il l'aide à s'enraciner, ce qui signifira la défaite d'Apollon et sa propre vengeance.

Apollon - est représenté en homme aux chairs fermes et athlétiques, à la peau d'un brun plus clair que celle du viel homme. Sa tête a une chevelure châtain clair et bouclée, entourée d'un halo lumineux qui se détache sur le fond bleu ciel. 

Arc, flèches, beauté, blondeur, halo, manteau écarlate on retrouve ici les attributs du dieu Apollon, très juvénile, puisque selon Ovide, Daphné est son premier amour. 

Daphné - Son manteau forme des volutes autour de la jeune femme aux cheveux blonds ramassés dans un chignon noué de rubans dont s'échappent des mèches bouclées.
Venant de la droite, la lumière vive éclaire la peau blanche de la partie supérieure du corps de la nymphe et la draperie jaune et ocre. 

Les lauriers de la victoire - Daphné a obtenu ce qu'elle voulait, garder sa viriginité, symbolisée par la lumière blanche qui l'éclaire, elle et non le Dieu dont le surnom Phébus signifie pourtant, "le brillant" mais qui est ici dans l'ombre de Daphné.

Pourtant Apollon transforme cette défaite en victoire, il a déjà la tête ceinte du laurier dans lequel est en train de se métamorphoser Daphné et qui deviendra son arbre attribut et la matière des couronnes attribuées aux vaiqueurs sportifs aux jeux de Delphes, poètes et musiciens. Ce sont aussi des feuilles de laurier que mâche la pythie, la prêtresse d'Apollon.

Cupidon est doublement vainqueur, Daphné a échappé au Dieu comme elle et lui le voulaient et Apollon qui avait raillé la force des traits de Cupidon reste pour toujours lié à la nymphe qui l'a repoussé.
Comme quoi, à Cupidon nul n'échappe!

Source pour l'écriture de l'article - Mythologie

Commentaires

Articles les plus consultés